Légendes Urbaines Japonaises

1. Kushisake Onna

Kushisake Onna, littéralement « la femme à la bouche fendue », peut apparaître devant vous au détour d’une ruelle lorsque vous vous baladez seul tard la nuit. Du coup, normalement vous flippez grave et commencez à vous enfuir. Seul problème, elle peut se téléporter juste devant vous. Dommage. Vêtue d’un trench-coat et d’un masque chirurgical, elle vous posera une question : – « Tu me trouves jolie? ». Attention, madame est susceptible ! Si vous avez le malheur de répondre non, elle sort une énorme paire de … ciseaux et vous coupe la tête. Si vous répondez oui, vous êtes tiré d’affaires (pour le moment). Deuxième étape, elle retire son masque et dévoile sa bouche, fendue de part et d’autre jusqu’aux oreilles et demande : – « Et maintenant? ». Bien qu’elle ait la tronche du Joker en pire, vous êtes tenté de répondre là encore « oui ». Bonne nouvelle, vous avez évité de vous faire couper en deux, mauvaise nouvelle, elle va vous défigurer tout comme elle.

2. Hitobashira

Hitobashira signifie « piliers humains ». Dans le Japon du XVIIème siècle, il était coutume d’enterrer vivant des personnes dans les fondations ou les piliers des bâtiments. A l’époque, les japonais croyaient que ces sacrifices contenteraient les dieux afin qu’ils fassent durer les constructions plus longtemps. La légende raconte que ces bâtiments seraient toujours hantés par les esprits des personnes prisonnières de ces murs. Moralité, si vous voulez vous loger au Japon, mieux vaut privilégier le neuf!

3. Teke Teke

Le nom de cette créature provient du bruit qu’elle fait en « marchant » sur ses coudes. Selon la légende, c’était une jeune et jolie étudiante qui est un jour tombé (ou a sauté selon les versions) sur la voie de métro alors que celui-ci passait. Elle fut coupée en deux lors du choc, mais sa colère et sa rancune furent tellement fortes que son torse cherche à se venger. Si vous croisez ce monstre, prenez garde! Même si échapper à un torse de femme ne paraît pas très compliqué (n’y voyez aucune discrimination envers les femmes ou les torses), ne sous-estimez pas cette créature! Elle peut se déplacer très vite sur ses coudes et cherchera à vous tranchez en deux avec une faux qu’elle peut créer à partir de son corps. Parce que oui, elle peut fabriquer une arme comme ça en 2-2, par contre des jambes c’est pas possible.  

4. Aka Manto

Dans le genre légende WTF, celle-ci tient le haut du tableau. La « Cape Rouge » est un esprit du mal hantant les toilettes, qui apparaît lorsque vous vous asseyez sur la cuvette lorsqu’il n’y a plus de papier. Oui oui, vous avez bien lu. Bref, la Cape Rouge vous pose la question : « papier rouge ou papier bleu? ». En considérant que vous ne soyez pas déjà décédé de peur (ou de rire) à l’apparition de ce terrible esprit du papier toilette, sachez que peu importe la réponse, le choix vous sera fatal. Rouge, vous serez découpé en morceaux, bleu vous mourrez étranglé. Une version alternative prévoit l’écorchement (la peau est arrachée du corps) ou l’exsanguination (le corps est vidé de son sang). Il paraît que certaines personnes auraient réussi à échapper à la Cape Rouge en répondant « pas de papier » ou bien en choisissant une autre couleur. 

5. L’Enfer de Tomino.

« L’Enfer de Tomino » est un poème maudit écrit par Yomota Inuhiko dans le recueil intitulé « Le Coeur Est Comme Une Pierre Qui Roule » qui raconte l’histoire de Tomino qui meurt et échoue en Enfer. La légende dit que si quelqu’un le lit à haute voix, des événements tragiques lui arriveront. 

6. La Tête de Vache.

Selon la légende,lors d’un voyage scolaire en car, un professeur décida d’occuper ses étudiants en leur racontant des histoires effrayantes. Lorsqu’il se mit à raconter l’histoire de la « Tête de Vache », on dit que les étudiants commencèrent à crier et le supplier de s’arrêter tellement le récit était effrayant. Le professeur entra en transe et ne put s’arrêter. Quand il reprit ses esprits, le chauffeur ainsi que ses étudiants s’étaient évanouis et de la mousse sortait de leur bouche. Quelques-uns ne purent s’arrêter de trembler et transpirer et moururent peu de temps après. Aucun des survivants ne parvint à se souvenir de l’histoire. 

7. La Poupée Okiku. 

Cette poupée vêtue d’un kimono appartenait jadis à Okiku, une petite fille morte d’un rhume en 1918. Sa famille priait à sa mémoire devant la poupée et quelques temps plus tard, ses cheveux commencèrent à pousser. Persuadés que l’esprit de leur fille possédait son ancien jouet, ils firent analyser les cheveux. Les résultats confirment que ceux-ci sont d’origines humaine. En 1938, la famille déménage et décide de confier la poupée au temple Mannenji où elle demeure depuis ce jour. Chaque année, une cérémonie en l’honneur de la fillette à lieu et ses cheveux sont coupés. A ce jour, personne n’a encore pu expliquer comment les cheveux continuent de pousser.  

8. La Fille Entre Les Espaces. 

Dans la même veine que les esprits qui hantent les toilettes, les japonais ont également une légende urbaine sur une fille hantant les espaces. Prenons un exemple pour expliquer cela clairement. Une porte mal fermée, un tiroir ouvert ou encore des fissures forment des espaces où cet esprit se cache. La légende raconte que si un jour vous croisez le regard de cette fille dans l’un de ses espaces, elle vous demandera de jouer à cache-cache. La seconde fois où vous verrez ses yeux, vous serez emporté dans une autre dimension. Et sinon, il reste des choses qui ne sont pas hantés au Japon? Le diabolique esprit des trombones? Le terrible fantôme mangeur d’homme du parquet-flottant? 

9. Le Village Inunaki. 

De nombreux pays ont leurs propres histoires de villages fantômes et bien évidemment, le Japon n’y échappe pas. On raconte qu’il existe un mystérieux  village japonais perdu quelque part dans le pays. Personne n’a jamais pu prouver son existence, car ceux qui l’ont cherché n’en sont jamais revenu. Pratique, nous direz-vous? Certains y croient dur comme fer et affirment qu’il y a un panneau disposé à l’entrée du village disant : « Les lois constitutionnelles du Japon ne s’appliquent pas ici ». En effet, les habitant y vivraient de manière anarchique, et l’inceste, le cannibalisme et le meurtre y seraient monnaie courante. Pas vraiment idéal comme destination de vacances. Les appareils électroniques seraient inefficaces sur place, ce qui empêcherait de localiser son emplacement, et par la même occasion d’appeler des secours si par malheur vous veniez à y pénétrer. 

10. Le Tunnel Kiyotaki. 

Ce tunnel fut construit en 1927, et a une longueur de 444 mètres. Il faut rappeler qu’en Asie, le numéro 4 est maudit, un peu comme le 13 en Occident. Selon la légende, il est hanté par les esprits de nombreux ouvriers qui sont morts pendant sa construction, qui s’est déroulé dans des conditions épouvantables. On pourrait y voir les fantômes de ces pauvres âmes, qui auraient la capacité de rentrer s’asseoir avec vous dans votre voiture. La frayeur provoquée par ce car-jacking-fantôme serait la cause d’un grand nombre d’accidents. Même si vous arrivez à contrôler votre peur, un second danger vous attend. Un miroir est disposé dans le tunnel, et si par hasard vous apercevez un fantôme à travers celui-ci, préparez-vous à mourir dans d’atroces souffrances. Enfin, pour compliquer le tout, chaque nouvelle victime du Tunnel Kiyotaki vient grossir les ranges des esprits qui le hantent.

 

  Donc pour résumer, si vous voulez survivre à un séjour au Japon, pensez à ajouter à votre check-list d’éviter : de sortir seul la nuit, de visiter des bâtiments anciens, d’aller aux toilettes, de lire et d’écouter des histoires, de regarder dans les espaces, d’explorer des villages, et de prendre des tunnels. #Sharon :) ‘. 

Esprit » Les attractions hantés de Disney (USA).

Vous ne vous êtes jamais demandé en visitant le Manoir Hanté de Disneyland Paris : <<Et s’il y avait des attractions vraiment hantées?>>. Je ne parle pas des attractions thématisées sur les fantômes et autres esprits telles les Haunted Mansion, ou encore la Tour de la Terreur, mais si l’on s’intéressait aux histoires des employés des parc de Walt Disney World et de Disneyland à Anaheim. Les rumeurs et autres récits à faire froid dans le dos vont bon train dans les couloirs des backstages que ce soit en Floride ou en Californie. Pourquoi seulement les parcs américains? me demandere-vous, et bien c’est qu’aucun cas de <<fantômes>> n’est apparu à Tokyo ou a Paris.

Peut-être est-ce typiquement américain. Bien sûr, avant de lire cet article, vous aurez compris que si vous ne croyez pas aux revenants et autres esprits, il est à prendre au second degrés, quant aux autres, et bien régalez-vous! Ces récits fantomatiques nous permettent de s’intéresser aux accidents mortels dont ces légendes découlent, comme celui qui vit périr un jeune adolescent à Disneyland Anaheim.

Le Magic Kingdom de Walt Disney World, incident mortel. Lors de la construction de l’attraction Pirates of the Caribbean, un employé du chantier fit une chute mortelle. Selon les rumeurs qui courent à son sujet, il s’appellerait Georges. Voici l’histoire de ce fantôme qui est en sommes toute assez amusante (sans manquer de respect bien sûr). La légende veut donc que si les ouvriers ainsi que les visiteurs connaissant l’histoire de Georges, embarquant pour l’attraction, disent à hautes voix que « Georges doesn’t exist » (Georges n’existe pas), l’attraction tombe en 101 (en panne), sous la <<colère>> de Georges. Pour faire redémarrer l’attraction, il faut se contredire et énoncer : <<George est réel>>.

Suite des histoires dans quelques jours (: . #Sharon-’. 

Poveglia l’île maudite et cachée de Venise .

Poveglia l'île maudite et cachée de Venise .  myster10 L’île de Poveglia est une île située dans la lagune de Venise près de Malamocco, partie méridionale de l’île du Lido, cordon littoral qui sépare la lagune de Venise de l’Adriatique. Depuis l’époque romaine, puis au Moyen Âge et à la Renaissance, l’île fut utilisée comme lieu de sépulture des victimes de la peste. On parle de 160 000 personnes enterrées là.

<< En 1922, un hôpital psychiatrique fut bâti sur l’île. Il y avait des rumeurs persistantes à l’effet que des patients, après leur arrivée, voyaient des esprits tourmentés, victimes de la peste. Le médecin résidant investigua ces phénomènes en conduisant des lobotomies et des expériences médicales. D’après des témoignages, celui-ci aurait été victime de même phénomènes et se suicida en se jetant du clocher de l’hôpital, après ces incidents, l’hôpital fut abandonné et demeure inhabité depuis.

Île hantée du nom de Poveglia regorge d’histoires sordides.

L’île Poveglia, située dans la lagune de Venise en Italie, n’est pas aussi idyllique qu’elle le paraît. Des phénomène étranges y constatés depuis des décennies, a annoncé Oddity Central. Elle n’a plus de propriétaires et son accès est interdit les visites sont autorisées seulement durant la saison des vendanges.

Une île au passé sordide.

Des histoires macabres planent sur cette petite île mystérieuse, dont même les pêcheurs n’osent pas s’approcher par peur de découvrir des ossements humains dans leurs filets. Le lieu mystique détient cette réputation depuis l’époque de l’Empire romain où les victimes de la peste y étaient isolées. Puis, au XIVe siècle, elle a eu a même fonction à l’arrivée de la peste noire, l’une des pandémies les plus dévastatrices de l’histoire. Au cours de cette période, 160 000 personnes y auraient été brûlées vives après avoir été jetées dans des fossés creusés sur cette île de la terreur. La panique créée par cette maladie a été telle qu’il suffisait de montrer une petite défaillance physique pour être envoyé là-bas.

Des phénomènes paranormaux récurrents.

Après avoir été vendue dans les années 60 par l’Etat italien à un acheteur privé, de nombreux propriétaires se sont succédé, tous ne voulant pas garder l’île plus de quelque jours, ils auraient raconté que des phénomènes étranges et inexplicables s’y passaient. Cela s’expliquerait par la fondation d’un hôpital psychiatrique sur ces terres en 1922. Dès leur installation, les patients se plaignaient de voir les fantômes tourmentés des victimes de la peste. Personne n’a cru à leur histoire, et leur médecin, devenu fou, a ensuite procédé à des lobotomies et des expériences médicales sur eux. Les téméraires qui ont osé s’aventurer sur l’île depuis disent y entendre des gémissements et des cris étranges. #Sharon :) -’. 

 

 

 

La Maison Hantée De Fontainebleau, France.

La Raison Du Plus Fort… ! 

Il y a quelques mois, après une randonnée en forêt de Fontainebleau, nous faisons halte dans un joli village où nous tombons en arrêt devant un magnifique bâtiment ancien portant un écriteau : ‘A Vendre’ .

Pour nous, c’est le coup de foudre.

Certes, le corps de ferme semble bien délabré et il faudra d’important travaux pour le rendre habitable. Mais notre amour des vieilles pierres nous incite à nous enquérir du prix… 

La Maison Hantée De Fontainebleau, France.  mh-fontainebleau 

Nous trouvons le gîte et le couvert non loin de là, au café-hôtel de la place. Ma femme se renseigne auprès de l’aubergiste depuis combien de temps la maison est à vendre et quel en est le propriétaire.

Notre hôte nous regarde, intrigué.

- Vous m’êtes sympathiques! Alors si je peux vous donner un conseil, laissez tomber! C’est une affaire pourrie! La bicoque est hantée! Cette remarque nous ferait plutôt sourire. Professeurs tout deux, d’esprit cartésien, les histoires de maisons hantées ne nous impressionnent guère.

Mis en confiance, il nous en dit d’avantage »

- Cette ferme est impossible à habiter! Au siècle dernier déjà, il paraît que les animaux devenaient cinglés et y mouraient comme des mouches! Un éleveur célibataire, plus téméraire que les autres, s’y installa et aménagea un modeste logement au-dessus de l’écurie. En trois ans il devint fou, comme ses chevaux. D’après son arrière petite-nièce, qui vit toujours à la maison de retraite, l’eau du puits devenait rouge les nuits de pleine lune et les poutres, de la maison saignaient…

- Oh! Dis-je alléché par ce parfum de mystère, quelle belle légende.

- Vous ne me croyez pas ? L’aubergiste me lança un regard curieux.

- Si! Si! A qui appartient la maison à présent ?

- Depuis la guerre, cinq ou six propriétaires ce sont succédé là-dedans! Dans les années soixante, des beatniks louèrent l’endroit pour y établir une sorte de communauté de marginaux, et c’était devenu un véritable bordel jusqu’à ce qu’une des filles ce soit pendue et que la police ait nettoyé leur porcherie. Ensuite, ce sont des Parisiens qui vinrent y camper durant le week-end. Ils vivaient dans une vieille caravane installée dans la grange. On les retrouva mort dans la forêt, tués par des chevrotines. Puis ce fut un couple d’Anglais, amateurs de chevaux. Le mari mourut d’un coup de sabot en pleine poitrine. Il y eut encore d’autres propriétaires, toujours des étrangers, car personne dans la région n’était assez fou pour acquérir cette ruine maudite. Enfin, c’est Dany qui a racheté le tout pour une bouchée de pain afin d’y entreposer des vieilles voitures. Lui ne croyait pas à toute ces diableries.

Combustion spontanée »

Or, au cours d’un weekend de la Pentecôte, ses guimbardes de collection ont brûlé !

- Brûlé ?

- Oui Brûlé !

- Malveillance criminelle ?

- Non! Combustion spontanée ont conclu les experts! Le plus curieux c’est que la grange n’a pas été touchée! A part les guimbardes et le matériel agricole, rien n’a cramé! Le curé de l’époque, le père Barrioux, voyait la main du diable là-dessous, et il demanda à son évêque la permission d’exorciser les bâtiments pour le bien du voisinage!

- C’est une histoire incroyable!

- Et ce n’est pas tout! Trois mois plus tard, Dany mourut sur la route, renversé par un chauffard. En fait, tout ceux qui ont habité la ferme depuis cent ans ont connu une mort suspecte ou devinrent fous. Ce n’est pas une blague, la ferme porte malheur!

- Qui en est le propriétaire aujourd’hui?

- On ne sait trop ! La fille de Dany est morte sans enfant et intestat. On dit qu’il existerait une ribambelle de petits cousins à se partager cette ruine. C’est Maître C. qui est chargé de la succession!

Samedi matin, l’étude du notaire fonctionnait. Je m’y rendis dès l’ouverture, et demande à visiter la ‘ferme’. Un clerc pressé me confia les clés, prétextant d’un travail urgent pour ne pas nous accompagner.

Nous tombons sous le charme »

Bras-dessus, bras-dessous, nous arrivons devant la demeure. Sa beauté et le parfum de légende qui l’entoure nous émeut. Pourtant, Jacqueline et moi ne sommes ni émotifs ni croyants. Ce qui nous attirait dans cette vieille bâtisse, c’était l’harmonie incroyable de son architecture, le mystère émouvant de ses pierres blondes. Tout en elle était parfait. Nous admirons en silence la vaste toiture en jolies tuiles de Bourgogne, la porte de la grange en voûte soulignée par deux contreforts de pierre de Château-Landon, l’imposant escalier à balustre accédant de guingois à une porte en plein centre, le four à pain aussi haut qu’une tour incorporé à la façade. Une glycine centenaire se lovait le long des cornières, répandant à profusion ses grappes parfumées. Ici et là, un rosier aux fleurs à l’ancienne jaillissait entre les pavés mal assemblés et jetait des feux de couleur vive sur la patine du vieux puits.  

Tout ceux qui ont habité la ferme »

Tout ceux qui ont habité la ferme depuis plus de 100 ans ont connu une mort suspecte ou sont devenus fous… Notre visite commença par la grange. Vingt mètres de long sur dix de large. Issu des murs épais d’un mètre se déployait un appareil de poutres impressionnant rayonnant en bouquet au-dessus de nos têtes. Une chouette hulotte s’enfuit en poussant des cris d’effroi par une ouverture du toit. Suspendues aux solives, des chauves-souris énormes, dérangées dans leur sommeil, se balançaient en agitant, leurs ailes gluantes.

Ma femme pousse un cri :

Nous étions là, bouche bée, à admirer cette grange-cathédrale, lorsque ma femme bondit en arrière en poussant  un cri. Je regardai la main rougie qu’elle tendait vers moi. On eût dit qu’elle venait de tremper sont avant-bras dans du sang. Nous refluons vers la porte et là, au soleil, nous examinons la chose avec calme. Bien que du coude à l’extrémité de ses doigts son membres parût saigner, Jacqueline ne portait aucune blessure. Je courus tirer un seau d’eau à la margelle du puits et je lavai le bras de mon épouse. J’eus de la peine à dissoudre les mystérieuses taches poisseuses, mais au bout de cinq minutes il n’y paraissait plus. Nous visitions alors l’habitation proportions magnifiques, avec un mobilier disparate et complètement déglingué, des chaises dépaillées, des fauteuils écroulés, des tables bancales. Disséminés partout, d’immenses placards aux portes de chêne finement moulurées. Notre visite terminée, notre coup de foudre pour ces vieilles pierres demeure, malgré l’incident bizarre. Nous rapportons les clés à l’étude et demandons au clerc le prix de la propriété.

- Cent cinquante mille francs. Vingt-trois mille euros. En l’état. Fantômes inclus! nous précise le tabellion, pince sans rire.

Ce n’était pas un mauvais prix. Evidemment, ‘en l’état’ la maison était inhabitable. Mais ma femme et moi aimions bricoler. Retaper cette vieille bâtisse ne nous faisait pas peur.

Nous signons la promesse de vente »

Après vingt-quatre heures de réflexion, nous allâmes signer la promesse de vente. Deux mois plus tard à la veille des vacances d’été, nous nous installions dans la demeure avec lits de camp, sacs de couchage et réchaud de camping. La grande aventure de la restauration commençait. Et les emmerdes aussi. Dès la première nuit nous pûmes trouver le sommeil. Des bruits étranges, furtifs, des frôlements, des craquements, des courants d’air glacés nous tinrent éveillés. Nous n’en attaquons pas moins les travaux, faisons venir un entrepreneur pour le gros oeuvre et les travaux de plomberie et d’électricité. Au bout d’une semaine, ma femme et moi avions perdu plusieurs kilos. Comme il faisait très beau, nous décidons de dresser une tente dans le jardin et de camper dehors. Bien nous en prit car le sommeil revint. Mais, coup sur coup, plusieurs incidents retardèrent nos travaux. L’artisan plombier qui venait à peine de terminer la canalisation raccordant la ferme au tout-à-l’égout tomba malade, et son compagnon abandonna le chantier pour retourner au Portugal. Deux autres entreprises déclarèrent forfait. A la mi-juillet, nous avions déjà dépensé la moitié de nos économies sans que les travaux fussent très avancés.

Nous ne nous laissons pas décourager »

Nous ne nous laissons pas décourager. Et c’est pratiquement sans aide que nous achevons le raccordement, faisant courageusement tout nous-même. L’eau courante et l’électricité installés nous permettent d’aménager WC., salle de bains et cuisine. Trois chambres, bibliothèque et salon sont retapés dans la foulée, les pierres jointoyées et les poutres grattées. A la fin août, notre ferme est enfin devenue à peu près habitable. Nous sommes plutôt fiers de notre ferme hantée et de notre travail de restauration. Pour fêter ça, nous organisons une petite réception pour les amis. Le soir du 31 août, une bonne douzaine de copains sont là avec femmes et enfants. Le temps est magnifique. L’air doux. La glycine et les roses embaument. Musique, rires, buffet campagnard, barbecue et bonne humeur.

Un violent orage »

Vers dix heures, soudain, dans un ciel sans nuages, un violent orage éclate. Le vent se lève, féroce et tourbillonnant, renversant les tables tandis qu’une pluie diluvienne déclenche le sauve-qui-peut. Nous nous réfugions tous dans la maison, autour du feu qui pétille dans la cheminée et la fête continue, avec un peu moins d’exubérance. Vers une heure du matin, nos amis profitent de l’accalmie pour sauter dans leurs voitures et rentrer chez eux. Nous nous couchons tard, après avoir lavé la vaisselle et tout remis en ordre. Durant la nuit l’orage continue à tourner au-dessus du village, zébrant le ciel d’éclairs blancs auxquels succèdent de violent coups de tonnerre. La sirène des voitures de pompiers ne cesse pas de hululer.

Nous ne fermons pas l’œil de la nuit »

Ma femme et moi ne fermons pas l’œil de la nuit. Les craquements du plancher, des gémissements, un bruit de pas dans le grenier nous tiennent éveillés. Au petit jour, je me lève pour faire le café.

Mon épouse me suit et, à peine avons nous atteint la cuisine qu’elle pousse un cri. Des interstices des parois de la vaste pièce commune suinte un liquide rouge et visqueux maculant nos belles pierres blondes amoureusement restaurées, tandis que sur le sol, des centaines de vers de terre sortent des murs rampant sur le carrelage. Le spectacle est effrayant.  

Nous rentrons à Paris »

Jacqueline, pourtant dotée d’un caractère solide, éclate en sanglots et, en pleine crise de nerfs, claque des dents prise de violents tremblements. Nous rentrons à Paris le jour-même, Jacqueline refusant de rester une heure de plus dans cette maison hantée. Mon épouse achèvera ses vacances chez ses parents. Têtu, je retourne à la Ferme et, en quinze jours de travail acharné, je répare les dégâts et j’achève de restaurer la maison.

J’explore le sous terrain »

Comme elle n’a ni gonds, poignée ou serrure, j’eus les pires difficultés à l’ouvrir. Le panneau rouillé semble littéralement enchâssé dans la paroi. Une fois descellée, une exhalaison méphitique souffle ses miasmes à mon visage. Je recule épouvanté par l’odeur. Mais je reviens à la charge, torche en main et mouchoir humide sur le nez. Un couloir s’enfonce en pente douce sous la maison, et me conduit dans une sorte de crypte souterraine, aux murs partiellement écroulés, où, à la lueur de ma lampe, je vois un vieux crucifix de cuivre au Christ cloué la tête en bas! A ses pieds, je découvre avec horreur plusieurs squelettes d’enfants. Secoué, je rebrousse chemin à personne car je ne tiens pas à ce que les journaux s’emparent de cette affaire. Mais voulant en avoir le cœur net, je profitai de mes heures de loisir pour compulser les archives de la mairie et de la cure du village. Après des semaines d’obstination, ce fut aux archives du département que je découvris le pot aux roses. Notre ferme appartenait jadis à deux sœurs accusées de sorcellerie. Brûlées vives voici trois siècles, elles refusèrent d’avouer sous la torture, ce qu’elles avaient fait des dépouilles des enfants sacrifiés au cours de leurs messes noires.

Je ne parle de ma découverte à personne »

Je vous l’ai dit, je ne suis ni croyant ni superstitieux. J’ai toujours pensé jusque là que ces histoires de sorcellerie dissimulaient ni plus ni moins que de sordides querelles de clocher moyenâgeuses. Heureusement, je n’avais parlé à personne de ma découverte. Mais que faire; maintenant? Dès que je m’assoupissais après une harassante journée de travail, les ‘phénomènes’ reprenaient. J’avais beau être libre penseur, il était devenu tout à fait évident pour moi qu’il y avait une relation de cause à effet entre les squelettes qui gisaient sous notre maison et les manifestations démoniaques auxquelles j’assistais. Comment faire pour me débarrasser de cette ‘malédiction’ ?

Je rend visite au curé »

Bien que j’éprouvasse une forte répugnance à cette démarche, je me décidai tout de même à rendre visite au vieux curé de notre paroisse. Le brave homme me reçut avec simplicité à son presbytère, et il écouta mon histoire sans trop d’étonnement. Il me promet de venir sur place, se rendre compte. Très tôt le lendemain, il arrive par la porte arrière de notre propriété et m’accompagne à la cave. Il constate que je ne lui ai pas menti. Devant le Christ retourné, il se signe dévotement à plusieurs reprises, en murmurant une prière latine. Il s’agenouille ensuite devant les ossements fort bien conservés qu’il examine méticuleusement, en véritable archéologue. Il se relève, prend son misse, son encensoir et ses vêtements sacerdotaux dont il se revêt. Il exécute alors avec une émouvante simplicité le rituel latin de la messe des morts. Sont-ce les circonstances, l’heure et le lieu de cette cérémonie insolite? Toujours est-il que je me sens ému. Une sorte de jubilation monte en moi, une joie inconnue m’envahit… Deux mois plus tard, à la veille des vacances d’été, nous nous installions dans la demeure… Avant de quitter l’ossuaire le prêtre détache le Christ profané et le remplace par un petit crucifix sulpicien qu’il bénit avant de le suspendre au vieux clou rouillé fiché dans la paroi.

- Vous pouvez murer l’ossuaire maintenant, leurs âmes sont en paix auprès du Seigneur. Vous, aussi, mon, allez en paix, et que la paix du Christ vous accompagne! Je murai la crypte, remis le battant de métal dans son scellement et le revêtis d’une garniture de vieilles pierres. Dès lors tout rentra dans l’ordre et il n’y eut plus jamais de manifestations insolites. Peut-être notre ferme avait-elle été construite à l’emplacement de la maison des sœurs. Vaillant, deux sorcières brûlées vives au XVIème siècle après un procès sordide, et dont j’avais trouvé les minutes aux archives de Fontainebleau. #Sharon :) -.  

 

Légende urbaine  » La dame blanche

Légende urbaine  Les dames blanches, ou dames grises se matérialisent toujours au même endroit. Elles tirent leur nom de leur vêtement ou de la lumière qui émane d’elles. Leurs identité et la raison pour laquelle elles se montrent sont souvent connues des personnes qui les voient fréquemment. Les traits légendaires ou susceptibles d’être ‘tirés‘ vers le légendaire se perçoivent clairement. L’apparition se manifeste vers minuit, heure propice aux fantômes. Les lieux d’apparition sont situés près de croisements de routes et de ponts, endroits traditionnellement choisis par les créatures surnaturelles pour se manifester.

Les dames blanches sont présentes partout dans le monde. Elles représentent généralement un esprit en peine, une âme triste, errant le lieu sur le lieu d’un drame et ce jusqu’au jugement dernier.

Témoignages : Le 20 mai 1981 à Palavas en France

L’histoire » Le 20 mai 1981, quatre jeunes montpelliérains âgés de 17 à 25 ans vers 00h30, après s’être promené sur les quais de Palavas et avoir bu un coup, aperçoivent sur le bord de la route, une auto-stoppeuse d’une cinquantaine d’années portant un imperméable ainsi qu’un foulard blancs. Ils lui proposent de l’amener jusqu’à Montpellier. Elle ne répond pas mais opine de la têten monte à l’arrière, et s’assied entre les deux passagères. La voiture repart. La mystérieuse auto-stoppeuse ne dit toujours pas un mot. Un kilomètre après, elle s’exclame ‘Attention au virage, Attention au virage!!’. Le conducteur, surpris lève le pied et passe le virage sans encombre. C’est alors au tour des passagères de crier: ‘La dame à disparu !!’ La voiture roule toujours à 90 km/h, les portes fermées … D’abord abasourdis, les quatre amis décident d’allez tout raconter à la police. Qui, après avoir cru à une plaisanterie se rend sur place, sans rien trouver. Plusieurs convocations plus tard, la police, comme toutes les personnes qui les interrogent, concluent à la sincérité des jeunes : leurs témoignages ne se contredisent jamais, ils ne s’intéressent pas au spiritisme ni à aucun sujet de ce genre … Enfin, ils évitent tant que possible de parler de cette affaire.

Si l’affaire de Palavas à défrayé la chronique, c’est en raison de l’homogénéité des témoignages des jeunes gens. En attendant, impossible de conclure de manière définitive sur ce cas. Le Mystère Reste Entier…       # Siham ^.^

 

Esprit/Fantôme » Possession .

Esprit/Fantôme L’histoire » Bonjour,

Voici une histoire vraie qui est arrivée à mon ex belle soeur, l’histoire commence quand elle était jeune. Son père alcoolique abusait sexuellement d’elle et de ses soeurs. Vers ses 1O ans, mon ex belle soeur a eue un accident de voiture avec son père. Ils ont été éjectés à travers le pare-brise de la voiture. Son père est mort sur le coup et elle fut blessée gravement. Elle était étendue près de la voiture dans un champs et deux ombres noires sont venus vers elle. L’une des ombres a tirée mon ex belle soeur par la cheville et l’autre ombre a dit ; non ce n’est pas pour elle que nous sommes là. Les deux ombres sont partis vers le cadavre du père et elle vu sortir une ombre noire de son père mort à ses côtés, et les ombres sont partis avec l’ombre noire de son père sous la terre. Bien sur elle en fut traumatisée fortement.

Par la suite elle a jouée avec un table de oui-ja pour en savoir plus sur ce qu’elle avait vue avec son père durant l’accident. Elle a jouée longtemps avec la table de oui-ja et un soir elle m’a invitée à venir à une séance de oui-ja. A cette époque j’avais environ 17 ans je ne connaissait rien au domaine paranormal et je suis allé à sa séance. Elle avait installée le oui-ja sur la table et elle a demandé aux esprits de venir. Ouff ! dès qu’elle a fait sa demande toutes les bougies se sont éteintes et un grand froid emplit la pièce. Le triangle de oui-ja se déplacait seule sur la planche sans qu’elle y touche. J’ai immédiatement quitté son appartement la peur au ventre.

La vie a passée son chemin et quelques années plus tard moi j’avais accumulé un bon bagage dans le paranormal et son mari est venu me demander de l’aide car il croyait que mon ex belle soeur était possédée. J’ai demandé qu’il amène ma belle soeur chez moi afin que je verifie si elle était vraiment possédée. Dès que je lui est parlé de Dieu elle s’est mise à gémir et encore pire quand j’ai mis une bible dans ces mains. Elle a lancée la bible à travers la pièce et elle s’est mise à baver et à changer de voix tout en blasphèmant. Elle se mordait l’intérieur des joues et le sang pissait le long de son visage et elle se lacérait le visage de ses ongles. J’ai appellé un ami pasteur et un exorcisme fut pratiqué sur elle. Pour venir à bout de ce qui la possédait mon ami y a mit une Grosse semaine. Aujourd’hui elle va bien et je suis contente pour elle. Moi je continue à venir en aide aux gens qui souffrent de possession diabolique mais ce que je veux dire avant tout est ATTENTION le oui-ja est une porte ouverte directement sur l’enfer et communiquer avec les esprit est une épée à 2 tranchants, on rique d’être sérieusement bléssé. SOYEZ PRUDENTS DANS TOUT CE QUE VOUS FAITES !!!

 

 

 

Esprit/Fantôme » Prison Hantée » Alcatraz.

Esprit/Fantôme Alcatraz, la plus célèbre prison des Etats-Unis, peut-être même du monde entier. Ses murs ont enfermés de célèbres prisonniers américains, tel que Al Capone ou Frank Morris, et ont vu nombre de suicide, bagarres, révoltés, évasions, souffrances…

Aujourd’hui fermée, la mythique prison est un des monuments les plus visité de San Fransisco. Et, selon les visiteurs, dès l’arrivés sur l’île une étrange sensation vous envahit… Alcatraz serait-elle hantée ?

Nombre de témoins affirment que le pénitencier est hanté par ses anciens occupants. Les manifestations auraient lieu un peu partout dans la prison :

-Dans le corridor principal, là où trois prisonniers furent abattus alors qu’ils tentaient d’échapper au regard de leurs gardiens, d’étranges ombres apparaîtraient.

-Al Capone, mort à Alcatraz, serait revenu hanté les lieux de sa détention : un gardien jurerait avoir entendu le célèbre criminel jouer du banjo, là où il avait l’habitude de le faire, près des douches, quelques années après qu’il ait disparu…

-George la Mitraille aurait été vu dans la chapelle et dans la blanchisserie.

-Alvin l’Affreux, après s’être suicidé, serait revenu hanté la cuisine et la boulangerie.

-La cellule d’isolement 14D est elle aussi hantée : le plus souvent, un vent glacial sans origine visible y soufflerait, mais parfois, le fantôme d’un détenu assassiné alors qu’il était en isolement y apparaîtrait.

- Le bloc de cellules Michigan Avenue à lui aussi sont fantôme, et une des apparitions les plus terribles de la prison : un ancien détenu, mort en prison : apparaîtrait en fixant la personne présente, accompagné d’une odeur de mort, de cris et d’un fracas épouvantable. Trois ombres hanteraient le corridor du bloc C.

Si aujourd’hui beaucoup témoignent de phénomènes dans la sinistre prison, les archives d’Alcatraz indiquent que, même lorsqu’elles étaient occupées la bâtisse abritait nombre d’événements : cris étranges et sans provenance apparente, sanglots, odeurs de souffre, bruit de pas…

Pour finir, une des histoire les plus terrifiante est incontestablement celle-ci : Lorsque la prison était en activité, un prisonnier aurait raconté à ses gardiens qu’une entité aux yeux verts et brillants l’aurait attaqué. Naturellement, ceux-ci n’y firent pas attention. Le soir même, il fût retrouvé mort dans sa cellule, étranglé. A l’appel, le lendemain matin, les gardiens constatèrent qu’il y avait un prisonnier de trop… Le fantôme se serait-il glissé parmi les détenus ?

#Sharon ♥ :) ’. 

 

Code Couleur :) .

Secte » Turquoise .

Légende Urbaine » Rouge .

Créature » Vert .

Esprits / Fantômes » Rose .

Film » Gris .

O.V.N.I » Orange .

Apparition » Bleu ciel clair .

Histoire Personnelle » Jaune clair . 

 

Tueur en série » Rouge Bordeaux . 

 

 

Username26139 |
2013praoa |
Aunomdelaverite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eduexcample
| Maitrelamer
| Vincentalqd